Ferme Auberge du Strohberg

Notre avis sur la Table // Les randonnées // Infos pratiques // Galerie Photos // Votre avis

Nouvelle visite au Strohberg

Grande affluence ce jour-là. Salle pleine et brouhaha intense. Serveuses pressées, habillées en costume traditionnel de la région. Au dehors on entend des sons des Alphorns.
Faisant fi des plats tournant autour du repas marcaires et de la viande fumée qui l’accompagne, mon choix se porte sur les roïgebradeldas accompagnés de fromages. Il faut noter la présence rare d’un menu végétarien.
Arrive un plat sur laquelle sont posés 4 petits morceaux de fromage et une louchée de roïgebradeldas. Peu, voire pas de caractère ne se dégagent du munster et du bargkaas ; la tomme au cumin est plus goûteuse mais encore un peu jeune ; quant au cœur de massif insipide, il ressemble à un très jeune cantal sans la saveur. Et pourtant, tous les fromages sont faits à la ferme-auberge.
Après avoir payé une facture de 12 €, sortir du tumulte à l’air pur des Vosges fait du bien.
Notre dernière visite dans ce lieu nous avait pourtant montré une belle âme et une réelle authenticité qui semblait absente aujourd’hui.

Quelle belle énergie.

En contrebas immédiat du Petit Ballon, terrasse entre vallée de Munster et de Guebwiller, cette belle Ferme-Auberge rénovée offre une vue imprenable sur la plaine, jusqu’aux contreforts du massif de la Forêt Noire. Accrochée en flanc de montagne à 1100m d’altitude, le Strohberg est l’une des plus anciennes marcaireries du massif. Les habitants des lieuxD’abord propriété de Wasserbourg, elle est exploitée par la famille Barb depuis les années 1900. En 1992, Michel Barb, la rachète à la commune.
A l’intérieur, une ambiance chaleureuse de parquet rustique, bois blond, murs blanc et imposant kachehoffa vert. Les 3 salles en enfilade sont complétées par un espace pouvant être privatisé. L’ensemble permet d’accueillir une centaine de convives.
Fait suffisamment rare pour le noter : ici, l’histoire, la description et surtout l’origine des produits sont indiquées non seulement à l’extérieur de l’établissement, mais aussi à l’ouverture de la carte que chacun consulte. Et, ce n’est pas le moindre de ses atouts, le repas marcaire accompagné de ses moult déclinaisons, n’y est pas obligatoire.
D’emblée, l’accueil est souriant, empreint de gentillesse et de disponibilité
Sabine, la maîtresseLe Strohberg de maison œuvre en cuisine, aidée au service par sa belle-fille Anne-Sophie et sa nièce Carole. Nicolas, le fils travaille à la ferme et s’attache chaque jour à perpétuer l’art subtil des fromages fermiers, découvert au contact de son grand-père. Justine, sa sœur suit des études au lycée hôtelier Storck de Guebwiller. L’avenir de l’établissement est en bonne voie…
La vingtaine de vaches laitières, des vosgiennes, servent à produire le lait qui sera transformé en fromages. Le troupeau est complété d’une quinzaine de génisses. La dizaine de cochons et autant de veaux seront transformés par la boucherie Laurent au Thillot. Le complément des porcs pour les viandes fumées, viandes à tourtes, vient de divers bouchers ou élevages alsaciens garantissant l’origine des bêtes.
Les pommes de terre, légumes, fruits et salades sont issus d’exploitations de la plaine d’Alsace. Les myrtilles fraîches sont cueillies dans les Vosges en saison. Et le restant de l’année ? Hé bien, elles sont surgelées bien sûr ! Mais vous pouvez choisir une tarte de saison…

Notre avis sur la Table

Notre avis sur l’authenticité
Notre avis sur l'athenticité
Nos commentaires
Randonnée : 11 km
Voir détails
Balade : 1h30
Voir détailsEn pratique : Ouverte de mai à novembre – Fermée lundi soir & mardi – Label national tourisme et handicap
Voir détails

 

Les commentaires sont fermés.