Ferme Auberge Graine Johé

Jeu de massacre.

Un peu en contrebas du col des Bagenelles, le rectangle jaune vif, c’est la ferme-auberge de la Graine Johé. Elle est adossée à la ferme qui héberge un cheptel composé d’une dizaine de vaches Prime Holstein, d’une douzaine de Vosgiennes et de leurs veaux et génisses. Le paysage de chaumes vallonné est bucolique. 35 ha de pâture à 700m d’altitude et 10 ha dans la vallée, permettent de nourrir tout ce beau monde. Quelques cochons viennent compléter le troupeau. Mais ils ne sont que 4 par an ce qui nécessite un approvisionnement externe important à la ferme Petit à Ste Marie-aux-Mines ou chez Kirn à Strasbourg pour les collets.

Les carcasses, entre 15 et 20 par an, sont transformées sur place par le frère de Michel Didierjean qui s’occupe de fumer les charcuteries.

La viande de bovin est issue entièrement de la ferme et transformée par Michel et Émilie qui a fait ses armes en cuisine chez « Courte-Paille » et « Grillardin », complété par un stage AFPA. Mais l’âme de la maison c’est Patricia, maman d’Émilie et épouse de Michel. Elle est arrivée de son Pas-de-Calais natal en 1979 pour y faire le service en job d’été, sans jamais en repartir. Sous la houlette attentive et bienveillante de Désiré son beau-père, elle s’occupe progressivement de l’élaboration du fromage. En salle elle accueille toujours le client avec un grand sourire, alors que Emilie qui a pris le relais en 2012, plus distante, se consacre aux fourneaux.

Les volailles proviennent de « l’abeille coquette », les légumes des marchés de Ste Marie-aux-Mines ou Sélestat, les pommes de terre de la ferme de Jean-Marc Wild à Merxheim.

La ferme auberge de la Graine Johé
Original
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Randonnées : 8 ou 9 km à l’aller / 3 au retour

En pratique :

Fermée le Mardi – Service à partir de 11h jusqu’à 20h