Les randonneurs fines gueules en hiver – 3

Autour de Scherwiller

Le ciel est bas. Entre nappes de brouillard et voute grise, difficile d’apercevoir une nuance de lumière. Nous décidons cependant de laisser notre voiture devant l’auberge de la Huhnelmuhle pour entamer notre périple du jour en direction des 2 ruines : celle, en travaux et interdite au public du Ramstein et celle plus majestueuse de l’Ortenburg. Petit à petit, le bleu gagne sur la grisaille et quelques rayons de soleil nous réchauffent. La descente nous emmène à travers le joli vignoble du Rittersberg solidement enraciné dans le granit gris, jusqu’à la table d’orientation qui domine Scherwiller et la région. Par temps clair, on imagine aisément une vue sur la Forêt-Noire, le Jura et les alpes suisses.
Nous avons prévu de déjeuner chez un Maître-Restaurateur, Didier Roeckel qui exerce une cuisine régionale dans une grande bâtisse du XVIIe siècle au décor boisé : le restaurant à la Couronne. Or depuis le début de l’année, le maître des lieux s’est délibérément retiré de ce label, au motif que le cahier des charges exigeait une cuisine de plus en plus gastronomique, voie qu’il ne souhaite pas suivre.
Sous aucun prétexte nous n’aurions manqué l’invention du chef, la « riessuppe ». bien nous en a pris !
Ensuite, nous avons dégusté un presskopf maison agréable mais sans caractère, des ravioles au munster tout dans l’élégance, hélas noyées dans une grande assiette de salade, des rognons blancs savoureux et de belles quenelles de foie de veau.
Tout est fait maison, nous dit Monsieur Roekel, même si nous décelons des origines commerciales de fond de sauce et que l’ampleur de la carte exclue d’emblée le « produit frais ».
Notre journée s’est alors poursuivie sous des hospices beaucoup plus magiques. Nous sommes allés découvrir les chais d’Achillée, domaine en biodynamie de la famille Dietrich. Les vins comme les hommes sont d’une grande subtilité. Un domaine qu’il faut découvrir sans tarder, mais…s’y attarder. Découvrir
Quand vous aurez élucidé le mystère du graphisme des étiquettes en noir-blanc, de grâce, n’hésitez pas à nous l’expliquer. contact@achillee.alsace – 03 88 82 20 13

La (petite) randonnée : 2h45

Départ à la Huehnemuhle (sur la route de Chatenois à Scherwiller, prendre à gauche), près de l’ami Jean-Paul Schmitt, viticulteur hors pair. Nous poursuivons sur la route sur 100m puis grimpette à droite -rond rouge, puis GR5. Direction l’impressionnante ruine du Ramstein puis le majestueux Ortenbourg. Le sentier grimpe rapidement de 210 à 349 m.
Descente par le sentier croix bleue pour rejoindre le sentier viticole puis nous rejoignons le sentier (non balisé) qui descend à la Huehnemuhle.

Join the discussion 2 Comments

  • Roland WIEST dit :

    Pour le graphisme N&B des étiquettes, voici une interprétation (et une appréciation, que l’on est pas obligé de faire sienne), trouvée sur le net :
    « En culture bio certifiée, ce domaine d’une vingtaine d’hectares a non seulement construit un chais bioclimatique totalement innovant en bottes de paille, mais a également confié la réalisation de ses étiquettes à un graphiste de talent qui propose une vignette d’une grande classe. Fond noir, texture de traits blancs couvrant la forme de la parcelle, lettrage d’une belle élégance, sobriété de l’ensemble : un coup de maître et dès le départ une identité forte reflétant avec talent le caractère intransigeant des vins du domaine : bravo ! »

    Source : http://www.poly.fr/buveurs-detiquettes/

    NB : sans aucun rapport avec les lignes précédentes : la petite rando des 2 châteaux est un peu moins crevante quand on la fait en sens inverse …

  • Ferme Auberge dit :

    Merci à Roland pour ce complément d’information ô combien intéressante !

Déposez votre commentaire