La Table du Lindenhof

Le repas

Sur la carte, les produits de la ferme sont signalés. Ils sont majoritaires dans les propositions. La philosophie de l’établissement est claire. C’est une auberge dans laquelle le menu variera au rythme de la vie de la ferme. Si les fromages sont fabriqués quotidiennement, les viandes en revanche sont proposées en fonction des abattages.

Pour commencer, nous demandons un assortiment de la production charcutière et fromagère de la ferme. Le lard est parfait (sauf pour les esprits chagrins qui « n’aiment pas le gras ». Mais alors, pourquoi du lard ?). La partie blanche, donc le gras, abonde et lui garantit un moelleux exceptionnel. Il est fumé et salé dans un équilibre sans faille : un délice. Le lard de jambon bénéficie du même traitement. Il est exceptionnel équilibré et fondant à souhait : bravo André ! La tome a du caractère et de la personnalité : un goût affirmé dans l’élégance. Beau travail de Monique ! Le munster est un peu trop frais, mais on sent qu’il n’attend que quelques jours voire semaine pour nous séduire car toutes les bases sont présentes.

Le rôti de bœuf nous séduit par une texture onctueuse presque soyeuse. C’est assurément une belle viande. Le jus aux trompettes réalisé maison sublime et valorise la viande. Et que dire des légumes du jardin qui accompagnent le plat ? Les pommes de terre cuites en robe des champs puis sautées ainsi que les carottes, encore légèrement croquantes, sont agrémentées d’échalotes, d’herbes et d’ail et couronnent le plat d’une touche gourmande et parfumée.
La cuisse et le magret de canard enchantent le palais par la justesse de leur cuisson et le respect des saveurs. En cuisine, Vincent est parfait !

Côté vins

On aurait pu s’attendre à une carte des vins un peu plus riche. Notamment en vins d’Alsace. Ceux qu’on nous présentent sont du Domaine Albert Maurer qui exploite 16ha  en bio à Eichhoffen Ici, le Sylvaner est trop capiteux et un peu lourd ; Ses notes de fruits jaunes ou de mirabelle le rendent digne d’un Pinot Gris… Nous avions eu l’occasion de déguster son Pinot Blanc qui nous avait séduits par sa fraicheur et son Pinot Noir 2016 explosif,  sur des arômes de mûres et touches mentholées.
En vin rouge, nous avons dégusté un Côtes du Rhône Armand Dartois, gourmand, sur des notes de fruits noirs avec quelques touches confites. Un vin facile, sans prétention, qui accompagne bien les viandes rouges.
La carte pourrait certainement être légèrement enrichie avec des vins qui  relèveraient encore plus la qualité des plats servis

En conclusion

Voilà une belle étape sur la route du Champ du Feu, à ne manquer sous aucun prétexte : manger et dodo ! Tant que Maman Monique sera en salle, la qualité d’accueil et l’âme du lieu seront préservés pour le plus grand bonheur des hôtes.  Les produits sont top et la cuisine de Vincent les sublime parfaitement. Cependant, nous invitons vivement Vincent à prendre la mesure de l’âme et de l’authenticité du lieu. Car ce sont elles seules qui lui assureront un jour sa pérennité.

 

Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

4h15 et 450m de dénivelé total

En pratique :

Jour de repos : jeudi excepté les jours fériés et réservation de groupes
période hivernale à juin : ouvert sur réservation
Juillet – aout : ouvert midi et soir.