Ferme Auberge du Gustiberg

Nouvelle visite : Si authentique et pourtant difficile.
Valentin Schubnel est toujours fidèle au poste, avec l’une de ses filles en cuisine. A un jet de pierre du lac du Ballon, le Gustiberg ne se situe pas sur un carrefour de sentiers très fréquentés. L’auberge tourne au ralenti et notre hôte est en plein questionnement sur son avenir. Il est bien obligé d’écouler les produits de sa ferme, tout particulièrement les viandes issues de son troupeau de vaches allaitantes. En parallèle aux activités de l‘auberge, il fréquente donc plusieurs marchés qui lui ouvrent d’autres horizons commerciaux. Ses filles qui envisageaient des activités autour de leurs chiens « Groenlandais » ont été freinées dans leur élan par le manque de neige de plus en plus récurant dans le massif vosgien. Bref l’optimisme n’est pas de mise au Gustiberg.
Et pourtant.
Le tandem poursuit opiniâtrement son travail d’accueil avec chaleur et bienveillance. La cuisine reste simple mais goûteuse et authentique.
La bière artisanale Humpaloch brassée à Lautenbach, les sets de table en matière recyclable, le choix de la provenance des carcasses de cochons, la ferme Jehl à Niffer, l’un des rares élevages alsaciens à soigner ses bêtes au grand air et sur la paille : toute la démarche est cohérente : proximité, saisonnalité et authenticité.
Pour commencer, l’assortiment de charcuterie reste à la hauteur de nos attentes : un gendarme de bœuf original et onctueux, un mettwurst rustique et élégant, une saucisse de viande fondante, subtilement fumée, un lard délicat, juste tendre comme on le souhaite.
Pour suivre, nous avons pu éviter le collet fumé au profit d’un superbe boudin accompagné des traditionnelles roïgebrageldas. La texture du boudin est belle, mais nous attendions un peu plus de caractère, d’épices de complexité.
Nous maintenons les 2 clarines et les 4 têtes de vache. Et surtout, nous vous encourageons à y aller ou à y retourner vite et nombreux pour valoriser les efforts de Valentin Schubnel. La ferme-auberge est ouverte jusqu’au 15 décembre, faites vite et elle rouvre, nous l’espérons, le 15 février 2021!

Chaussures vernies, s’abstenir.

Valentin Schubnel a toujours vécu en montagne et c’est au Roedelen qu’il a appris les travaux du bois et de la ferme. Rejoint par son épouse Sandrine, ils forment ensemble un couple d’authentiques fermiers-aubergistes qui ne s’embarrassent pas d’urbanités mais veulent être disponibles pour accueillir les marcheurs et randonneurs.

L’arrivée à la ferme-auberge, est saluée par des «Groenlandais», les chiots et leur mère, qui vous souhaitent la bienvenue aux sons de joyeux jappements polyphoniques. Ici, tout prend sens : on apprendra que Julie, l’une des filles du couple pratique déjà le traîneau et envisage d’en faire une activité professionnelle, tandis que sa sœur réfléchit aux possibilités de promenades à cheval.

Si le temps semble s’être arrêté au Gustiberg, les projets d’avenir ne manquent pas pour autant. Et Sandra précise bien que, si les parents construisent des fondations saines, les enfants pourront y construire un bel avenir.

Lorsque Valentin vous propose de l’accompagner dans les chaumes qui surplombent la ferme, et qu’il vous montre « ses » myrtilles, vous parle des herbes, vous en détaille les espèces et leur bienfait pour les moutons qui paissent à l’ombre des arbres, vous pénétrez dans un autre monde. Et vous comprenez mieux encore les valeurs qui l’animent : la volonté de bien faire, et de perpétuer ses valeurs profondément humaines.

Lac du Ballon2
Les chèvres du Gustiberg
Chiens nordiques au Gustiberg
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Plusieurs balades et randonnées de 1,5 à 4h – 1,5h

En pratique :

Ouverte du 15 février au 15 décembre – Fermé le mardi