La Table du Hungerplatz

Le repas.

Tatiana Hénius a quitté le piano de la ferme-auberge du Hungerplatz le 31 mai 2018. Il y a un an déjà elle nous annonçait sa volonté de quitter le label « ferme-auberge »,malgré les 92% de produits de la ferme présentés aux clients. Quel dommage de voir partir une puriste de ce genre. Gageons qu’elle donnera du bonheur ailleurs.

Nous commençons le repas avec les charcuteries de la ferme dont les recettes sont peaufinées depuis 4 générations alsaciennes de Goettelmann. L’assiette est belle mais reste classique. En revanche lors de la dégustation, la perception évolue. Le presskopf de cous et ailes de canards est délicieux. La terrine de volaille Effilochée d’aile de canard -magret fuméet carré de dinde est plus neutre. Le pâté de campagne de cochon révèle des saveurs bien marquées. Et la saucisse à croquer porc/canard bien épicée conclut en puissance.

Tatiana Hénius a beaucoup bourlingué dans le monde. Avec une attention toute particulière à la gastronomie. Même si la table reste bien en Alsace, cette ouverture sur les saveurs du monde se note dans son approche de la cuisine.

Le jarret de porc cuit au foin, en émulsion de Pinot Noir, et miel se déguste comme une confiserie. Sa cuisson, moelleuse à cœur, joue avec les textures. Entre la consistance, le croquant et le fondant, le palais s’y retrouve à merveille. Voilà un jarret de porc vraiment « gastronomique ».
Quant à la pastilla au canard, selon sa promesse, elle nous transporte dans un univers exotique et oriental. Tous ceux qui onJarret de porc cuit au foin…t pu déguster ce plat au Maroc, son pays d’origine, retrouveront les parfums caractéristiques. Les papilles sont en éveil dès sa présentation poudrée de sucre glace. Ensuite, s’ouvre un festival de saveurs complexes et d’une belle profondeur : des amandes pilées puis torréfiées et déglacées à la fleur d’oranger, le poivre de Séchouan, les épices comme le curcuma, la cannelle, la coriandre et le piment d’Espelette… seul regret : la puissance de l’assaisonnement dissimule quelque peu le goût du canard.

Quant au dessert, nous avons eu droit à un récital privé : Tatiana a remporté le 3ème prix de D’Stimme le « the Voice » alsacien pour une interprétation en La pastilla comme là basalsacien de « Amstrong, je ne suis pas noir » de Claude Nougaro.
Ce n’est pas flagrant, mais une belle âme règne au Hungerplatz.

Côté vins.

Deux belles ardoises annoncent les vins. Pour l’Alsace, les producteurs locaux sont à l’honneur : Stoeffler et Héring à Barr, Dirringer à Dambach ou Blanck à Obernai. D’autres vins blancs de Loire du Rhône ou des Corbières peuvent tenter votre palais.

Pour les rouges, nous apprécions la diversité et la qualité de la sélection, parfois en bio. Avec entre autres, une belle présence du beau Domaine Grangeneuve en Rhône, La Négly en Clape, Sainte Sophie en Languedoc ou encore le Château Coupe Roses en Minervois, sur les fruits noirs, particulièrement mûres et baies de cassis.
De quoi se faire plaisir.

En conclusion.

Tatiana nous dit « qu’ à partir d’une bête bien élevée, on peut faire ce que l’on veut, ce sera toujours bon ». Voilà pour la cohérence de la chaîne de production et le ravissement de notre palais. Et dire que, pour éviter de décevoir de trop nombreux touristes qui lui demandent… le repas marcaire, elle envisage de quitter le label « Bienvenue à la ferme » (les ferme-auberges en Bas-Rhin), pour se baptiser « Auberge du Hungerplatz » alors qu’elle transforme 92% des produits de la ferme. On croit rêver !
En effet, nous sommes peut-être, avec toute la « Galaxie Goettelmann », dans une ferme-auberge 2.0, précurseur d’une évolution contemporaine du concept, qui reste fidèle à l’authenticité et au plaisir de bien manger.

Parmi les autres plats possibles

– Foie gras maison
– Salade alsacienne
– Rillettes de canard
– Rillettes de porc
– Ribs de porc
– Cordon bleu de poulet au jambon fumé
– Cuisse de canard confite au Pinot Noir
– Fleischkiachla au munster
– Burger de Fleischkiachla
– Magret de canard, jus à la vanille et mangues

Efilochée de d'ailes de canard - Magret fumé
Une pastilla comme là-bas
Tout est maison
tatian cuisinère et chanteuse
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Randonnée : 6.5km à l’aller – 3 au retour

En pratique :

Ouvert de mi-mars à début novembre