La Table des Hauts Bois

Le repas

Ici, vous l’aurez compris, on mange selon arrivage ou fabrication. Nous avons donc loupé de quelques heures une terrine de lapin qui allait être élaborée dans l’après-midi et dont Evelyne disait le plus grand bien. La suite du repas et sa modestie, nous permettent de penser que nous aurions en effet été ravis. Nous nous contenterons donc d’une salade dite « vosgienne » d’une parfaite simplicité : une salade verte du jardin, des œufs de la basse-cour, quelques lardons et croutons, le tout servi avec une vinaigrette maison. Pour suivre, après nous avoir proposé des assiettes chaudes, la maîtresse du lieu nous sert un coq au riesling. D’emblée, on se sent chez notre grand’mère, quelques longues années en arrière. Le fumet qui s’en dégage, comme son aspect visuel, nous font déjà saliver. Mijotée patiemment au vin blanc, la viande se révèle tendre et gouteuse. Un très beau jus relève le plat avec ses arômes de thym et girofle, subtilement beurrée, onctueuse à souhait. C’est un bel exemple de gastronomie gourmande, qui sait magnifier avec simplicité et goût, un produit local.

Les fromages viennent de la ferme Lindgrube de Gérard Lauler à Breitenbach. Certifié bio, le bargkaas nous offre une belle texture, moelleuse et un goût équilibré. Le munster est soyeux et s’exprime dans la subtilité, sans puissance excessive et joliment parfumé.

En dessert, une tarte aux myrtilles. Eh oui, une vraie avec une pâte brisée maison selon la recette de la belle-mère, et avec des fruits du coin ! Que c’est bon quand c’est « vrai » !

Côté vins

A côté du jus de pomme maison, Les vins d’Alsace sont essentiellement sélectionnés chez 2 vignerons : le domaine Backert à Dorlisheim et Clément Huck à Rosenwiller. Nous avons bien aimé le Riesling 2012 du lieu-dit Immerschen de Backert. Issu d’un site naturel protégé, il exprime le cépage associé à un terroir de grès : droit, minéral avec des notes citronnées allant jusqu’à la légère amertume de la bergamote.

En vins rouges vous trouverez un Côtes du Rhône du Domaine des Bernardins, Château Frontenac, un Bordeaux supérieur de Sainte-Foy-La-Grande.

En conclusion

Un agréable bain d’authenticité et une belle humanité. Cette auberge est rustique et simple. Elle offre une assiette gourmande avec des parfums d’entant. C’est une belle illustration d’une ferme d’abord, qui vous fait profiter de ses produits à table, un peu comme si vous étiez invité chez eux à la maison. Dépêchez vous d’y aller, il est prévu qu’elle ferme en 2019 par manque de repreneur…

Parmi les autres plats possibles

Quiche lorraine

Tarte à l’oignon

Tourte

Terrine

Rognons de veau

Blanquette de veau

Poitrine de veau farcie

Pot au feu

Bœuf mode

Baekaoffa

Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

3h15 à l’aller – 1h30 au retour avec un dénivelé total de 380 m

En pratique :

Ouvert toutes l’année sauf du 15 décembre au 15 janvier.
Sur réservation