Scherwiller

Randonnée : 4km – dénivelé 220m

Carte du Club Vosgien correspondante : 3717 ET Sélestat Ribeauvillé

Départ : devant l’auberge de la Huhnelmuhle, près de l’ami Jean-Paul Schmitt, viticulteur hors pair.

Le ciel est bas. Entre nappes de brouillard et voute grise, difficile d’apercevoir une nuance de lumière. Nous entamons notre périple du jour en direction des 2 ruines : celle, en travaux et interdite au public de l’impressionnante du Ramstein et celle plus majestueuse de l’Ortenburg. Le sentier grimpe rapidement de 210 à 349 m.
Petit à petit, le bleu gagne sur la grisaille et quelques rayons de soleil nous réchauffent.
La descente (triangle rouge/croix bleue) nous emmène à travers le joli vignoble du Rittersberg solidement enraciné dans le granit gris, jusqu’à la table d’orientation qui domine Scherwiller et la région. Par temps clair, on imagine aisément une vue sur la Forêt-Noire, le Jura et les alpes suisses, puis nous rejoignons le sentier (non balisé) qui descend à la Huehnemuhle.

Le repas :

Nous avons prévu de déjeuner chez un Maître-Restaurateur, Didier Roeckel qui exerce une cuisine régionale dans une grande bâtisse du XVIIe siècle au décor boisé : le restaurant à la Couronne à Scherwiller.
Or depuis le début de l’année, le maître des lieux s’est délibérément retiré de ce label, au motif que le cahier des charges exigeait une cuisine de plus en plus gastronomique, voie qu’il ne souhaite pas suivre.
Sous aucun prétexte nous n’aurions manqué l’invention du chef, la « riessuppe ». bien nous en a pris !
Ensuite, nous avons dégusté un presskopf maison agréable mais sans caractère, des ravioles au munster tout dans l’élégance, hélas noyées dans une grande assiette de salade, des rognons blancs savoureux et de belles quenelles de foie de veau.
Tout est fait maison, nous dit Monsieur Roekel, même si nous décelons des origines commerciales de fond de sauce et que l’ampleur de la carte exclue d’emblée le « produit frais ».

Notre journée s’est alors poursuivie sous des hospices beaucoup plus magiques. Nous sommes allés découvrir les chais d’Achillée, domaine en biodynamie de la famille Dietrich. Les vins comme les hommes sont d’une grande subtilité. Un domaine qu’il faut découvrir sans tarder, mais…s’y attarder.
Quand vous aurez élucidé le mystère du graphisme des étiquettes en noir-blanc, de grâce, n’hésitez pas à nous l’expliquer.