Ferme Auberge du Gaschney

Nouvelle vite : août 2019
Elégance et finesse
A côté d’un repas du marcaire proposé à un prix très raisonnable, nous avons l’alternative du menu « du jour » avec quiche aux fromages ou presskopf suivi d’un rôti de veau en sauce champignon. Inutile de vous faire languir davantage, notre déjeuner fut un ravissement. La quiche reste un modèle d’équilibre et de richesse des saveurs. Rien ne l’emporte : chaque goût est à sa place et aucun ne surpasse l’autre: c’est dans l’osmose qu’opère le charme du plat. La tourte en pâte feuilletée est gourmande, légère et réellement gastronomique: une harmonie qui enchante les papilles. Le presskopf n’est pas seulement rustique. Tout en finesse, il fond dans la bouche. Une réserve sur le Schwartzwurst qui, ce jour-là, était trop salé avec un parfum de clou de girofle envahissant.
Quant au rôti de veau, il était simplement sublime. D’une tendreté bien que le morceau, certes de choix, provenait d’une bête de la ferme, qui gambadait gaillardement dans les prés et dont on sait que la viande est naturellement plus ferme que celle de boucherie. La cuisson à basse température parfaitement dominée, aboutit à une belle réussite. Le goût est subtil, la sauce crémée lisse et onctueuse, les légumes joliment confits. Un grand moment de cuisine gastronomique du terroir.
Et n’oublions pas les fromages : un bargkaas de caractère tout en nuance et un munster à la texture exemplaire malgré la saison avancée, avec une étonnante nuance de fumé.
Enfin, il convient de saluer la nouveauté : un yaourt maison aux myrtilles. Tout à fait raccord avec la qualité perçue dans les plus infimes détails de la table.
Quand on rajoute aux délices du palais le supplément d’âme que transmet chaque membre de la famille, il y a de quoi être comblé !
La 4ème clarine est bien méritée.

Attention et professionnalisme.

La ferme-auberge du Gaschney est bien campée au pied des pistes de la petite station de ski éponyme, à 1000 m d’altitude. En été, c’est un excellent départ de randonnées puisque bien des sentiers s’y croisent et que les destinations peuvent être aussi diverse que le Schiessroth, la vallée de la Wormsa, le Hohneck, le Fischboedle… Rénovée il y a peu, une salle toujours typée mais d’allure plus contemporaine, est venue compléter la première, véritable âme de la maison, qui est l’ancienne étable de la ferme originelle. Les coups de haches grossiers sur les poutres attestent encore de l’ancienneté du lieu.

Tandis que Claude s’occupe de la ferme, Mariette Deybach s’active en cuisine, tout en s’autorisant de multiples incursions en salle pour s’enquérir de la satisfaction de ses clients. C’est elle aussi qui a pensé la décoration de l’auberge. Claire, l’une des 3 filles du couple de fermiers-aubergistes s’occupe du service. Souriante, disponible, très professionnelle, elle maîtrise son affaire parfaitement, gérant avec calme et aplomb toutes les situations. Avec ses sœurs, Camille la comptable et Catherine qui termine ses études au lycée hôtelier de Guebwiller, Claire représente la 3ème génération de Deybach, au demeurant grande famille de marcaires puisqu’on retrouve des cousins dans quelques autres fermes. En 1977, les parents de Claude perdent l’essentiel de leurs terres agricoles à Munster et décident alors de s’installer à l’année au Gaschney.

Une dizaine de vaches de race vosgienne bénéficient de 30 ha de prairie permanente et d’une quinzaine de ha de pré. Les vaches sont accompagnées de leurs génisses et veaux de lait. Enfin, 3 ou 4 cochons complètent le cheptel. Ils sont loin de suffire à la confection des nombreux repas marcaires qui sont consommés toute l’année. Les collets ou palettes sont donc achetés avec le label « porc d’Alsace » à la boucherie Imhoff à Soultzbach et les carcasses pour les charcuteries proviennent de l’élevage « 3P de Pascal Pierré» du GIE « Terre d’Elssas » à Berrwiller. La viande bovine provient exclusivement de la ferme. Et la totalité de la viande est transformée dans son propre labo. Les fromages et le pain sont fabrication maison.

Ferme Auberge du Gaschney
Clarine familiale
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Randonnées de 12 à 14 km

En pratique :

Ouvert de fin décembre à mi novembre
Fermé mardi & mercredi