Auberge Ferme du Gazon Vert

Notre avis sur la Table // Les randonnées // Infos pratiques // Galerie Photos

 

Novembre 2016 :

Le Gazon Vert est ré-ouvert.

Ouverture de la prochaine saison : 15 avril 2017

Octobre 2015

Le Gazon vert est fermé jusqu’en mai (au moins) pour cause de travaux et recherche nouveaux gérants.
Les difficultés et lacunes dans les équipements signalés par Jean-Frédéric Rominger et Pauline Thomas ont eu raison de leur opiniâtreté : ils ont fini par jeter l’éponge devant l’indifférence de leurs propriétaires.
Ceux-ci annoncent à présent la prise en compte de l’essentiel des demandes et lancent appel à candidature pour le printemps prochain

Un apostolat qu’il convient d’encourager !

Calme et tranquille, le site du Gazon-Vert offre une vue magique sur la vallée de Storckensohn et les sommets environnants. A l’horizon, le Treh et saP6250049 (Copier) piste d’envol de parapentes. Aucun sentier de grande randonnée, aucun chemin carrossable, aucune route n’y accèdent. Le Gazon-Vert est loin de tout et il faut vraiment vouloir y aller. En conséquence, les clients se font rares, tant pour l’auberge que pour le gîte, et les frais d’équipement sont considérables et les charges fixes récurrentes sont écrasantes.
Le Pays Thur-Doller a fait le choix courageux de rénover quelques fleurons de son patrimoine de montagne. Il a contribué ainsi à donner une nouvelle vie à la ferme-auberge du Belacker, à l’auberge du Gustiberg et au gîte-refuge du Gazon-Vert. Dans ce dernier cas, il semble pourtant s’être arrêté au milieu du gué, jugeant inutile de finaliser un accès pourtant possible à P6250056 (Copier)budget raisonnable. Ainsi, à l’abri du passage des groupes de randonneurs et des touristes, le Gazon-Vert n’est pas viable économiquement et, en l’état, semble promis à l’abandon par ses gérants actuels.
Quand bien même ces derniers, Pauline Thomas et Jean-Frédéric Rominger ne manquent pas de courage, d’enthousiasme et d’énergie. Ce jeune couple est lumineux, animé par une belle joie de vivre, prêt à en découdre pour y arriver. Mais à l’impossible, nul n’est tenu.
Jean-Frédéric cumule les métiers d’aubergiste en saison, mais aussi d’agriculteur et d’ouvrier forestier pour l’ONF. A la différence d’un fermier-aubergiste classique, sa ferme est dans la vallée, ce qui lui complique considérablement la tâche. Cette double situation lui permet cependant de servir les cochons de sa propre ferme, transformés par son frère Grégory, boucher. Pour les fromages de chèvre, il s’adosse au savoir-faire de son second frère Olivier, qui exploite la ferme bio du « Cabri O lait » à Mollau.

Randonnée :  Entre 7 et 8 km
Voir détails En pratique : Ouvert à partir du 15 avril 2017

 

Les commentaires sont fermés.