Auberge du Pied du Hohneck

Un changement de gérance.
Lors de notre précédente visite, nous étions conquis par l’investissement et la passion du gérant de l’époque, Julien Oriel qui était passé par l’école hôtelière de Gérardmer.
Aujourd’hui nous sommes dans une toute autre atmosphère. Même dans ce restaurant, le repas marcaire est l’unique menu présenté, même si les traditionnelles roïgebrageldis s ‘appellent tofailles. Une carte de divers plats complète le menu. Diverses salades, des croquillettes au munster, une fricassée de volaille aux cèpes…
L’assiette est agréable à l’oeil et correcte en bouche. Cependant, il n’est pas trop difficile de se rendre compte que les produits de sont pas issus de « circuits courts » et qu’ils proviennent de grossistes de la restauration. Nous nous interrogeons sur la part de cuisine faite réellement maison ?
Bref aucun plaisir, et aucun intérêt à côté des autres ferme-auberges voisines.
Nos appréciations vont dans ce sens : 1 clarine et 1 tête de vache.

Changement de gérant ! Les appréciations ci-dessous ne sont (malheureusement) plus d’actualité.

La valeur n’attend pas le nombre des années.

C’est une jeune équipe qui vous reçoit avec un sourire engageant et un réel sens de l’accueil, même quand la salle déborde de convives. Nous sommes ici en bordure de la route des crêtes, au pied du Hohneck, à priori, l’un des sites vosgiens les plus visités. C’est donc avec un scepticisme certain  que nous avons poussé la porte après avoir contourné un bus sur le parking… Les doutes se sont encore accrus lorsque nous avons découvert la vaste salle comble (elle peut recevoir 100 couverts) dans un brouhaha assourdissant.

Et pourtant ! Très vite, l’horizon s’est éclairé : une salle de 40 places dédiée aux randonneurs pour tirer du sac, une première page de carte annonçant clairement l’origines de TOUS les produits (tous en circuit court),  une proposition de bières pour le moins intéressante, partant de la gamme les Licornes en passant par une bonne Pils allemande pour finir sur les artisanales de La Madelon. Enfin, les premiers échanges avec le gérant du lieu depuis juillet 2016, Julien Oriel, ont fini de nous rassurer : nous passerons un excellent moment à l’auberge au Pied du Hohneck.

Le Pied du Hohneck
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Randonnée : 3h45 (ou 3h) à l’aller – 1.5 h au retour

En pratique :

Fermé en décembre et janvier et le lundi soir sauf en juillet et août.
Fermeture hebdomadaire : Mardi