Ferme Auberge du Grand Langenberg

Nouvelle visite
Nous y avons retrouvé une Barbara toujours « droite dans ses bottes ». Son mari est décédé en 2016 : elle est aidée aujourd’hui par sa fille Lucille. Ensemble elles ont la lourde tâche de maintenir à flot et quasiment seules, la ferme et l’auberge.
Pour la partie ferme, des moutons se sont rajoutés aux chèvres, poules et autres vosgiennes. A présent Lucille produit des sirops aux plantes, des infusions et des plantes qui, avec le bargkaas, le lard et jambon fumés et la terrine sont en vente à la ferme ou sur les marchés de Giromagny et Masevaux.
Le jambon est fumé à la ferme ; il constitue un modèle du genre avec un équilibre parfait entre fumé et salé. Suivent les roestis et le collet fumé (des porcs de la ferme). Les roestis de Barbara sont simples, aérés, juste grillés. Ils subliment la pomme de terre.
Le collet légèrement fumé et braisé fond dans la bouche. C’est une gourmandise qu’on aimerait gouter plus souvent.
La salade (du jardin de la ferme) n’est pas en reste, agrémentée d’herbes et de pétales de Calendula (Soucis)
Suivent le bargkaas, avec toujours autant de petits trous lui conférant une structure informe et un chèvre frais très gouteux et plein d’avenir.
Pour terminer ce festival d’« authenticité vraie* », une tarte aux myrtilles (en avance sur la saison et cueillies dans le coin) encore légèrement tiède pour laquelle il manquera de qualificatifs : friandise ? onctuosité ? finesse ? raffinement ?…
Du discours de Barbara émane une farouche volonté de proposer un maximum de produits de la ferme. Nous souhaitons que Barbara et Lucile puissent agir longtemps de la sorte.
Un conseil : en arrivant, ne questionnez pas sur la provenance des produits servis ; vous risquez d’avoir en retour un regard ulcéré. Car ne l’oubliez jamais : Barbara est « droite dans ses bottes ».
Nous passons notre appréciation sur la table 1 à 3 clarines.
*Ce pléonasme mérite un commentaire. Si nous avons l’habitude d’évaluer l’authenticité en attribuant des têtes de vaches (de 1 à 4), notamment pour les fermes auberges qui sont dans l’obligation de répondre à une charte en la matière, force est de reconnaitre que nous ne pouvons que croire sur parole les propos des aubergistes. Ici, avec Barbara, comme avec moulte autres fermes auberges, nous avons droit, dans notre assiette, à un maximum de produits réellement issus de la ferme.

Farouche, droit dans ses bottes !

Niché au fond d’un étroit petit vallon, à 900m, le Grand Langenberg respire l’authenticité par tous ses pores. Entourée de chaumes, landes ou pâtures pour partie escarpée, cette ferme-auberge est restée dans son jus, notamment son bâtiment principal qui abrite l’auberge. Si vous y accédez depuis l’arrière, vous découvrirez en premier la ferme et ses animaux : dans sa partie contemporaine, les agneaux, chèvres ou cabris, des ânes, quelques poules, des cochons ; dans l’étable, le troupeau de vaches vosgiennes. A l’instar de votre propre émerveillement, chacun de ces animaux semble ravis et ne manque pas de faire la fête au visiteur : vision champêtre des plus attachante !

Durant la belle saison, une vaste terrasse peut accueillir de grandes tablées de randonneurs. Quand vous poussez l’étroite porte d’entrée, c’est un peu comme si vous pénétriez directement dans la stuwa du couple d’aubergistes, Barbara et Michel Kachelhoffer. A gauche, trône un imposant four à pain en pierre blanche. Sur des étagères, égayant le clair-obscur de la pièce, de vieux objets alsaciens côtoient des poules en tissu multicolore que la maîtresse des lieux aura confectionnées au cours des longues journées d’hiver.

L’accueil de Barbara est professionnel et efficace. Point de fioriture dans son discours résolument militant. Ici, on vit et on respire bio, jusqu’aux vaches qui se repaissent d’un foin certifié bio. Cependant, n’y cherchez aucun label. Il répondrait aux attentes de quelques « bobos-écolos » citadins, en mal de réflexions intellectuelles ou d’alibis rassurants.
C’est tout simple : on fait ce qu’on dit, et on dit ce qu’on fait. Sans concession. Et les clients reviennent pour cela.

Arrivée à la ferme auberge
Ferme auberge du Grand Langenberg
Rustique on vous dit !
Le bel accueil des animaux de la ferme
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

Randonnées : 3h30 - dénivelé 320m ou 500m

En pratique :

Fermée le mercredi