La Table du Kohlschlag

Le repas.

Le marcaire n’est pas l’unique choix possible pour satisfaire le palais du randonneur de passage. En marge des « petits plats froids », un second menu est proposé !
Aujourd’hui, les crudités sont accompagnées de 2 saucisses maisons : un Mettwurst travaillé « à la rustique » avec une pâte agréablement grossière, légèrement fumée, et une saucisse de foie à l’ancienne au goût bien marqué. Après 3h de marche et un bon dénivelé, l’ensemble peut certes paraître un peu chiche … Mais l’entrée est rapidement suivie d’un rôti de veau d’une belle tendreté. Il est nappé d’une sauce à base d’un jus de cuisson aromatisé de petits légumes longuement mijotés et lié au dernier moment. C’est simple et bon, comme à la maison.

Bien que les roïgebrageldi soient annoncées « cuites au feu de bois », elles manquent amèrement de consistance et de croustillant. Seraient-elles réchauffées de la veille ? Nous ne le saurons pas.
Le repas s’achève sur un assortiment de fromages maisons, tous remarquables. Originaux pour certains ! En plus du traditionnel munster aux authentiques effluves d’étable et du bargkaas, nous dégustons un « crémeux de vache » caillé lentement, un chèvre affiné quelques jours et un somptueux  yaourt, très légèrement sucré. A noter, la parfaite maturité du munster dont la vente est parfois arrêtée pour que la production et l’affinage puissent suivre.

A l’instar des autres préparations, la tarte aux quetsches et le Sieskaas sont un peu bruts au bon sens du terme, certes bien faits… Sans plus.

Côté vins.

Ici, pas de carte. L’aubergiste vous propose des vins d’Alsace qui viennent du Domaine Roth à Soultz ou de la cave de Wuenheim. Deux vins rouges complètent la gamme : un merlot, vin du pays de l’Hérault et un bordeaux supérieur.

En conclusion.

Une ferme-auberge où on ne se la joue pas. Honnête dans sa démarche et son positionnement, honnête dans sa cuisine, honnête dans sa présentation. L’ambition des fermiers-aubergiste semble de vouloir perpétuer avec simplicités l’origine et les traditions de la ferme-Auberge…. Avec une totale honnêteté. Peut-être prendrions nous un petit supplément d’âme ?

Parmi les autres plats possibles :

Les rôtis
Les viandes de veau
Bœuf gros sel
Fleischnackas
Gibiers de montagne (marcassin, biche, chevreuil) avec knepfle
Charcuteries et viandes fumées
Cabri en civet (spécialité maison : en saison seulement)

Une belle entrée
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

3.5 h dont 45′ pour le retour

En pratique :

Fermeture hebdomadaire le jeudi
Fermeture en décembre/janvier