La Table du Bruckenwald

Le repas.

La soupe de légume peut être considérée comme classique ; elle est gouteuse avec ses légumes variés et onctueuse à souhait.

Suit la tourte. Dans cet environnement rustique, elle ne pouvait qu’être du même acabit : une pâte maison, comme la grand’mère la faisait, sans fioritures, juste authentique, une viande délicatement hachée relevée par une belle touche ailée.

Le presskopf est de même facture : équilibré entre viande rouge, tête et gelée le tout est discret ; la saucisse mérite le détour par son originalité, de couleur blanche avec des morceaux de tête, bien aromatisés et sans conservateurs.
Un grand moment : le lard fumé et le lard de jambon ! Le premier est un modèle d’équilibre, le second fondant au goût de noisette.

Arrivent les surprenants röstis, grillés à souhait et de couleur jaune (les pommes de terre agria et mirabelle en sont la raison). Quelle belle alternative aux traditionnels roïgebrageldas ! La palette de porc est un modèle de tendreté et la sauce qui l’accompagne est à l’avenant.

Une autre surprise marquant l’originalité du lieu et son esprit de liberté : la « Walder », fromage du cru. Le frais, délicatement parsemé de graines de fenugrec, graines aux vertus multiples est un peu sec. Le Walder affiné de 15 jours est de belle facture, tant au plan de la texture que du goût. Le munster est sans intérêt.

Le dessert

Vous l’aurez compris, ne cherchez pas la tarte aux myrtilles hors saison, sinon Marc vous fera une explication de texte sur les produits locaux, de saison…

Que dire de la tarte à la rhubarbe ? La pâte faite maison, toujours sans fioritures, garnie généreusement et de façon équilibrée.

Le Sieskaas quant à lui aurait mérité une touche d’alcool supplémentaire.

Les vins.

La touche négative, c’est la carte des vins au fournisseur unique : Adam. Nous nous sommes cantonné à l’Edelzwicker, sans caractère, râpeux avec une pointe d’acidité désagréable. Le « Côtes du Rhône » est de facture moyenne, un peu rude et très industriel.

En conclusion.

Le Bruckenwald c’est le retour à l’histoire, à un certain bon sens paysan, c’est un accueil, une façon de vivre, de raconter. Une démarche assurée.
Amis randonneurs, le Bruckenwald se mérite et mérite le détour. Après avoir fait le plein de nature, vous vivrez un moment exquis dans un lieu plein d’histoires que Colette et Marc perpétuent dans la simplicité, en harmonie avec le lieu.

Autres spécialités

Sur demande, en fonction des disponibilités. La FA prévient les clients fidèles des évènements : tête de veau, pot-au-feu…

Xavier Madeleine et leur petite fille
La salle du Bruckenwald
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

12.5 km au total

En pratique :

De mi-avril à mi-novembre ouvert uniquement le week-end.
Ouvert de mi-juin à mi-septembre toute la semaine sauf lundi.
Fermeture hebdomadaire : Lundi