La Table du Steinwasen

Le repas.

Au Steinwasen, le traditionnel repas marcaire est à l’honneur en permanence. Cependant, chaque jour, Virginie propose un plat du jour différent. Aujourd’hui ce sont de délicieuses saucisses blanches de veau, demain ce seront des pieds de porcs, hier c’étaient les dernières Fleischnackas avant l’abattage de la prochaine bête. C’est aussi cela, l’auberge-ferme : les plats sont proposés en fonction des produits disponibles.

Entre une salade vigneronne au Bargkaas local et le Presskopf, la palme revient sans nul doute au Presskopf . Il est réalisé avec justesse par le fils de la maison. La viande est abondante, variée et goûteuse, joliment parfumée, presque veloutée pourrait-on dire. La gélatine ne lui sert que de liant et non de remplissage salé comme on peut le déplorer trop souvent. C’est charmant et excellent, un modèle de réussite.

Les Roïgebrageldas, entièrement confectionnées sur la braise, dans un grand chaudron en cuivre confèrent aux pommes de terre, une couleur et ce goût rustique très particulier, souvent abandonné au profit de saveurs plus « urbaines » et consensuelles. Cette façon de faire est devenue suffisamment rare dans le massif vosgien pour être signalée.

Le Bargkaas est agréable, proposé nature ou à l’ail des ours. La puissance du Munster affiné sur place en été, l’emporte sur l’élégance et manque d’homogénéité. Le Siaskaas conclue le repas comme une belle gourmandise.

Côté vins.

Les vins d’Alsace proviennent de la cave de Turckheim. L’Edelzwicker accompagne avec justesse les charcuteries, avec son caractère sec et charnu, présentant quelques notes herbacées.
En vins rouges, la très bonne surprise provient du coup de cœur du patron : un « Schistes de Valbonne », issu des terroirs de Collioure et de Banyuls à partir de Grenache Noir à 45%, de Mourvèdre pour 35% et de Syrah. Le nez s’ouvre sur du fruit noir compoté pour évoluer rapidement vers des notes de cuir. La bouche est ample avec une finale de quetsches.

Ensuite, nous retrouvons le panel classique: Corbières, Côtes du Rhône, Beaujolais-village et Bordeaux… Bien vu : ils sont proposés souvent en bouteilles entières et en demi-bouteilles.

En conclusion.

Une auberge accueillante, qui s’inscrit dans le respect de la tradition. La cuisine y est simple, bien faite et authentique. Nous espérons que les projets de développement en direction des campings cars – forme de tourisme différente – ne viennent pas dénaturer le cadre et l’ambiance typé du lieu.
Aujourd’hui, un ensemble agréablement rustique.

Parmi les autres plats possibles :

– Fleischnackas
– Pieds de cochons grillés
– Chausson du marcaire
– Croc’Stein : le croque-monsieur local, au Munster, avec un œuf par dessus.
– Tourte
– Charcuteries
– Omelettes diverses

A emporter :

– Bargkass
– Munster

La salle du Steinwasen
Le ...marcaire...
Madame Matter
Notre avis sur la table :

Notre avis sur l’authenticité :

Randonnée :

9 ou 10 km

En pratique :

Fermé avril & novembre
Fermé le lundi